top of page

Nous avons 7 sens - importance de la conscience corporelle pour la santé

Article Alejandra Martins Role,BBC News Mundo, 26 fevereiro 2023. Traduit par André Borin.


La neuroscientifique espagnole Nazareth Castellanos explique que notre cerveau interagit avec notre corps de nombreuses manières. En plus des cinq sens connus (odorat, vue, ouïe, toucher et goût), nous avons deux autres sens cruciaux : l'interoception et la proprioception. L'interoception est la perception des processus internes du corps (comme le rythme cardiaque), tandis que la proprioception concerne la perception de la position et des mouvements du corps. Ces deux sens sont essentiels pour le cerveau et pour la vie. Nous avons 7 sens - importance de la conscience corporelle pour la santé.


Pendant que vous lisez ce reportage, comment est votre corps ? Droit ou courbé ? Et votre visage, est-il détendu ? Ou froncez-vous les sourcils ?


Notre posture et notre visage envoient des signaux importants au cerveau, et c'est une information à laquelle notre cerveau répond, comme l'explique la neuroscientifique espagnole Nazareth Castellanos, chercheuse au Laboratoire Nirakara-Lab et professeure à l'Université Complutense de Madrid, en Espagne.



Cerveaux au Yoga
Bonne attitude influence ton cerveaux


"Si je fais une tête de colère, le cerveau interprète cette expression comme typique de la colère et active donc les mécanismes de la colère", dit Castellanos. De même, "quand le corps adopte une posture typique de la tristesse, le cerveau commence à activer des mécanismes neuronaux typiques de la tristesse".


Notre cerveau interagit avec le reste du corps de bien plus de façons qu'on ne le pensait auparavant. En effet, "nous n'avons pas seulement cinq sens - mais bien sept", affirme la scientifique. Et les cinq sens les plus connus - l'odorat, la vue, l'ouïe, le toucher et le goût - "sont les moins importants pour le cerveau".


Nazareth Castellanos a parlé avec BBC News Mundo, le service en espagnol de la BBC, de la manière dont la posture et les expressions faciales influencent le cerveau, de la puissance d'un sourire et de ce que nous pouvons faire pour apprendre à écouter "les murmures du corps".


BBC News Mundo - Comment avez-vous commencé à enquêter sur la relation entre la posture et le cerveau ?


Nazareth Castellanos - J'ai commencé à repenser la neuroscience après avoir passé 20 ans à rechercher uniquement le cerveau. Cela me semblait étrange que le comportement humain repose uniquement sur un organe, celui situé dans la tête. Avant cela, j'avais commencé à étudier l'influence d'organes tels que l'intestin sur le cerveau. Et je me disais : "Il ne peut pas en être de même pour le cerveau si mon corps est courbé ou si mon corps est droit."


J'ai donc commencé à enquêter pour voir ce que la littérature scientifique disait. J'ai découvert des choses qui m'ont paru absolument surprenantes et je me suis dit : "Tout le monde doit savoir cela."


BBC - Pourriez-vous alors nous expliquer pourquoi la posture est importante et comment elle influence le cerveau ?


Castellanos - L'important est de comprendre que la neuroscience reconnaît désormais que nous avons sept sens. À l'école, on nous a toujours appris que nous avons cinq sens - l'odorat, la vue, l'ouïe, le toucher et le goût - qui sont les sens de l'extéroception, c'est-à-dire ceux qui nous mettent en relation avec l'extérieur.


Et c'est très symbolique, car jusqu'à présent, la science s'intéressait davantage à étudier la relation de l'être humain avec l'extérieur. Aujourd'hui, la neuroscience dit depuis environ cinq ans que cela doit être élargi.


Nous n'avons pas seulement cinq sens, nous en avons sept. Et il se trouve que les cinq sens de l'extéroception - l'ouïe, etc. - sont les moins importants. Le numéro un, le sens le plus important, est l'intéroception.


BBC - Que signifie l'intéroception ?


Castellanos - C'est l'information qui arrive au cerveau sur ce qui se passe à l'intérieur de l'organisme. Ce qui se passe à l'intérieur des organes. Nous parlons du cœur, de la respiration, de l'estomac, de l'intestin. C'est le sens numéro un parce que, de toutes les choses qui se passent, c'est celle à laquelle le cerveau va accorder le plus d'importance, c'est la priorité pour le cerveau.


Et le numéro deux en priorité est le sens de la proprioception, l'information qui arrive au cerveau sur la manière dont est mon corps à l'extérieur, la posture, les gestes et les sensations que j'ai dans tout le corps.


Par exemple, les sensations dans le ventre lorsque nous sommes nerveux, ou un nœud dans la gorge, ou les yeux lourds lorsque nous sommes fatigués. La proprioception est le deuxième sens le plus important. Et ensuite viennent les autres cinq.



Brain
Lien du corps avec le cerveau


BBC - Que signifie dire que l'intéroception et la proprioception sont les premier et deuxième sens (par ordre de priorité) pour le cerveau ?


Castellanos - Il était déjà connu que le cerveau doit savoir comment est tout le corps, mais auparavant, on pensait que c'était une information passive. Le changement maintenant est que cela est un sens. Autrement dit, un sens est cette information que le cerveau reçoit et à laquelle il doit répondre. En fonction de ce qui se passe, le cerveau doit agir d'une manière ou d'une autre, et c'est le grand changement.



Lorsque je fronce les sourcils, j'active mon amygdale
Lorsque je fronce les sourcils, j'active mon amygdale

BBC - Dans quelle partie du cerveau percevons-nous notre posture ou nos gestes ?


Castellanos - Dans notre cerveau, il existe une zone qui est comme un diadème, comme celui que vous utilisez pour mettre dans vos cheveux. Elle s'appelle le cortex somatosensoriel, et mon corps est représenté là.


Il a été découvert en 1952, et ce que l'on pensait est que les zones les plus grandes de notre corps possédaient plus de neurones dans le cerveau. Par conséquent, on pensait que le cerveau consacrait beaucoup plus de neurones au dos, qui est très grand, qu'à mon petit doigt, par exemple.


Mais on a découvert que non, que le cerveau accorde plus d'importance à certaines parties du corps qu'à d'autres, et que les parties auxquelles le cerveau accorde plus d'importance dans le corps sont le visage, les mains et la courbure du corps.


Ainsi, mon petit doigt a environ cent fois plus de neurones qui lui sont dédiés que tout le dos, que toute la jambe, car les mains sont très importantes pour nous. Observez que lorsque nous parlons, nous utilisons nos mains, nous activons ces zones du cerveau.


BBC - Comment les gestes faciaux influencent-ils le cerveau ?


Castellanos - Le cerveau accorde une importance énorme à ce qui se passe sur le visage.


Ici, des choses très importantes ont été observées. D'une part, il a été observé que les personnes qui froncent les sourcils - et c'est quelque chose que nous faisons beaucoup avec les téléphones portables qui ont de petits écrans - activent une zone liée à l'amygdale. C'est une partie du cerveau située dans des zones profondes et qui est plus impliquée dans l'émotion.


Lorsque je fronce les sourcils, j'active mon amygdale, donc si une situation stressante survient, je vais être plus stimulé, je vais réagir plus, car j'ai déjà cette zone préparée. L'amygdale, qui est comme une amande, est une zone qui, lorsqu'une situation de stress se produit, s'active, grandit davantage.


Donc, c'est une zone qu'il vaut mieux garder calme. Mais si elle est déjà activée, lorsque survient une situation stressante, elle va s'hyperactiver, ce qui va générer une hyper-réaction. Essayer de détendre cette partie, le front, désactive un peu notre amygdale, nous détend.


BBC - Lors d'une conférence, vous avez mentionné une étude fascinante avec des stylos qui montre comment froncer les sourcils ou sourire change la façon dont nous interprétons le monde. Pourriez-vous nous expliquer cette étude ?


Castellanos - En plus de la musculature autour des yeux, la deuxième partie la plus importante du visage pour le cerveau est la bouche. Nous n'avons pas conscience de son pouvoir, c'est impressionnant.


Ainsi, ce que les études ont fait, pour analyser l'hypothèse du feedback facial, c'était de prendre un groupe de personnes et de leur mettre un stylo dans la bouche.


Étude du cerveaux
Quand elles avaient le stylo dans la bouche simulant un sourire, les images leur semblaient plus agréables.

D'abord, elles devaient tenir le stylo entre leurs dents - elles simulaient un sourire, mais sans sourire réellement, ce qui était important. On leur montrait ensuite une série d'images, et elles devaient dire à quel point ces images leur semblaient sympathiques. Quand elles avaient le stylo dans la bouche simulant un sourire, les images leur semblaient plus sympathiques.


Mais quand elles tenaient le stylo entre les lèvres, simulant une expression de colère, les mêmes images ne semblaient plus aussi agréables. C'est une étude des années 1980, mais de nombreuses autres études ont été réalisées depuis.


Il a été observé, par exemple, que lorsque nous voyons des personnes souriantes, nous sommes plus créatifs, notre capacité cognitive augmente, la réponse neuronale face à un visage souriant est beaucoup plus forte que face à un visage qui ne sourit pas ou un visage renfrogné.


L'insula, qui est l'une des zones du cerveau les plus impliquées dans l'identité, est activée lorsque nous voyons quelqu'un sourire ou lorsque nous sourions nous-mêmes. Sourire n'est pas rire, c'est différent. On voit donc le pouvoir qu'a un sourire sur nous, car le cerveau, comme nous l'avons déjà dit, consacre un grand nombre de neurones au visage.


BBC - Comment le cerveau réagit-il lorsque nous sourions ou fronçons les sourcils ?


Castellanos - Comme nous l'avons dit, la proprioception - qui est l'information qui arrive au cerveau sur l'état de mon corps et spécifiquement de mon visage - est une information à laquelle le cerveau doit réagir.


Si je suis triste, en colère, ou heureux, mon visage le reflète, mais aussi vice-versa. Si j'ai une expression de colère, le cerveau interprète "cette expression est caractéristique de la colère, donc il active des mécanismes de colère", ou "cette expression est typique de la tranquillité, donc il active des mécanismes de tranquillité".



Yoga Yuni sourient
Le pouvoir du sourire

En d'autres termes, le cerveau recherche toujours ce qu'on appelle la congruence esprit-corps. Et c'est intéressant parce que : que se passe-t-il si je suis triste ou en colère, stressée et que je commence à faire une expression détendue ? Au début, le cerveau dit "ça ne colle pas, elle est nerveuse, mais elle a une expression détendue".


Puis il commence à générer ce qu'on appelle une migration de l'état d'esprit. Le cerveau dit : "d'accord, alors je vais essayer de faire correspondre l'état d'esprit avec le visage". En d'autres termes, voyez les ressources que nous avons.


BBC - Vous parliez aussi d'un autre aspect de la proprioception, la courbure du corps. Aujourd'hui, avec les téléphones portables, nous sommes souvent courbés, comment cela affecte-t-il le cerveau ?


Castellanos - Le cerveau - et c'est une découverte datant de trois mois - a une zone qui se consacre exclusivement à "lire" la posture de mon corps.


Ce qui a été observé, c'est qu'il existe des postures corporelles que le cerveau associe à un état émotionnel. Si je, par exemple, bouge les bras de haut en bas, le cerveau n'a pas de registre que lever la main est quelque chose d'émotionnel, parce que nous ne faisons généralement pas cela, n'est-ce pas ?


Cependant, être courbé est quelque chose de caractéristique de la tristesse, parce que, quand nous allons mal, nous nous courbons. Dernièrement, nous avons tous adopté des postures courbées, car nous passons huit heures par jour devant l'ordinateur, entre autres choses.


Femme courbée utilisant un téléphone portableCRÉDIT,GETTY IMAGES

Légende de la photo : 'Quand le corps est dans une posture caractéristique de la tristesse, le cerveau commence à activer les mécanismes neuronaux typiques de la tristesse'


BBC - Est-ce à cela que se réfère une célèbre étude que vous mentionnez dans vos conférences, celle de l'ordinateur ?


Castellanos - Quand nous avons une posture détendue, cela affecte notre perception émotionnelle du monde et notre mémoire.


C'est là qu'entre en jeu une célèbre expérience où un ordinateur portable a été placé à la hauteur des yeux des participants, et une série de mots apparaissait en séquence.


À la fin, l'ordinateur était fermé, et on demandait aux gens combien de mots ils se souvenaient. (Les chercheurs) ont fait la même chose en plaçant l'ordinateur au sol, de manière à obliger les gens à se courber.


Ce qui a été observé ? Que lorsque le corps était dans une position courbée vers le bas, les gens se souvenaient de moins de mots, c'est-à-dire qu'ils perdaient en capacité de mémoire et se souvenaient plus de mots négatifs que positifs.


Autrement dit, tout comme quand nous sommes tristes, que nous ne sommes pas aussi agiles cognitivement et nous concentrons plus sur le côté négatif, quand le corps est dans une posture caractéristique de la tristesse, le cerveau commence à activer les mécanismes neuronaux typiques de la tristesse.


Dans une étude, lorsque l'ordinateur portable était au sol et que les gens étaient courbés, 'ils se souvenaient plus de mots négatifs que positifs'


Mauvaise posture traitement
Mauvaise posture et la santé neurale

Alors, que nous dit la science ? Eh bien, ce n'est pas que vous deviez être comme ceci ou comme cela, mais être plus conscient de votre propre corps tout au long de la journée et corriger ces postures que nous avons adoptées.


Moi, par exemple, je m'observe beaucoup et, de temps en temps, je découvre que je suis de nouveau courbée. Vous corrigez et, avec le temps, vous acquérez progressivement moins cette habitude.


Mais si vous n'avez pas cette capacité d'observer votre propre corps, vous pouvez rester des heures comme ça sans vous rendre compte que vous êtes comme ça.


BBC - Comment alors nous entraînons-nous à écouter davantage notre corps ? Vous dites souvent que le corps ne crie pas, il murmure, mais nous ne savons pas l'écouter.


Castellanos - Je crois que la première chose pour savoir comment est notre corps est d'apprendre à l'observer. Et ce que les études nous disent, c'est qu'une grande partie de la population a une conscience corporelle très faible.


Par exemple, chaque fois que nous ressentons une émotion, nous la ressentons dans une partie du corps ; les émotions sans le corps ne seraient qu'une idée intellectuelle.


Il y a des études où l'on demande aux gens : quand vous êtes nerveux, où localiseriez-vous cette sensation dans votre corps ? Une grande partie ne sait pas répondre, car ils n'ont jamais pris le temps d'observer leur propre corps.


Donc la première chose est, tout au long de la journée, de s'arrêter pour observer, comment est mon corps ? Et quand nous ressentons une émotion, nous arrêtons un moment et disons : où puis-je la trouver ? Comment je sens mon corps maintenant ? Autrement dit, faire beaucoup plus d'observation corporelle.


'Antonio Damasio a fait de nombreuses expériences où il a été observé que les personnes ayant une plus grande conscience corporelle prennent de meilleures décisions.'

BBC - Et cette conscience corporelle aide-t-elle avec les émotions difficiles ?


Castellanos - Quand je suis nerveuse, par exemple, je ressens quelque chose dans l'estomac ou un nœud dans la gorge. Tout cela est ressenti par mon cerveau, il reçoit cette information. Quand je suis consciente de ces sensations, l'information qui arrive au cerveau est plus claire et, par conséquent, le cerveau a une meilleure capacité à discerner une émotion d'une autre.


Autrement dit, une chose est ce murmure presque inconscient, et une autre est de le transformer en mots.


Et nous faisons cela avec la conscience, qui est aussi une alliée dans la gestion des émotions. Parce que quand nous sommes impliqués dans une émotion, quelle qu'elle soit, si nous nous arrêtons à ce moment-là et détournons notre attention vers les sensations du corps, cela nous soulage beaucoup.


C'est l'une des façons de se détendre, de freiner ce tourbillon dans lequel nous nous mettons lorsque nous avons une émotion. Cela s'appelle la conscience corporelle.


Déjà dans les années 1990, Antonio Damasio, le grand neuroscientifique de notre temps, parlait des bénéfices de ce marqueur somatique. Il a fait de nombreuses expériences où il a été observé que les personnes ayant une plus grande conscience corporelle prennent de meilleures décisions.


À mon avis, cela se produit parce que ce n'est pas que le corps te dise où tu dois aller - mais, oui, où tu te trouves. Et si nous sommes dans une situation complexe et qu'il y a des émotions impliquées, et que je ne sais même pas où je suis ou quelle émotion je ressens, il est plus difficile de savoir où je dois aller.


Les émotions sont très complexes et sont généralement mélangées. Réussir à identifier une émotion seulement par une analyse mentale est plus difficile que d'observer mon propre corps.


Mais bien sûr, pour cela, nous devons nous entraîner, observer tout au long de la journée les sensations du corps, quand je suis fatigué, quand je suis heureux, quand je suis plus neutre, quand je suis en colère, quand je suis débordé. Où je ressens cela ? Cela nous aide beaucoup à nous connaître.



Pranayama
La respiration influence la mémoire, l'attention et la gestion des émotions

BBC - La posture courbée nous fait mal respirer, pouvez-vous parler de la respiration et du cerveau ?


Castellanos - La respiration est une alliée que nous avons complètement entre nos mains, mais nous ne savons pas respirer.


La posture et la respiration sont intimement liées. Si vous prenez soin de votre posture, vous prenez soin de votre respiration. Ce qui a été observé dans la neuroanatomie de la respiration, c'est que la respiration influence la mémoire, l'attention et la gestion des émotions. Mais attention, cela si (la respiration) est nasale, si l'inspiration se fait par le nez.


Si nous inspirons par la bouche - et une grande partie de la population respire par la bouche - nous n'avons pas autant de capacité à activer le cerveau. Le cerveau a besoin que des rythmes lui soient marqués, et la respiration est un des marqueurs que notre cerveau possède pour que les neurones génèrent leurs rythmes, leurs décharges électriques. Si nous respirons par la bouche, c'est un marqueur atténué. L'inspiration doit se faire par le nez.


Le moment où nous avons le plus de mémoire est le moment où nous inspirons par le nez, à ce moment-là, l'hippocampe est activé. Si on vous dit quelque chose, un mot, au moment où cela coïncide avec l'inspiration, il y a plus de chances que ce soit retenu que si on vous le dit quand vous expirez, pendant l'expiration.


Cela nous ramène à quelque chose de très intéressant qui est la respiration lente. Normalement, nous respirons très rapidement. Pour écouter les murmures du corps, nous devons nous entraîner - 'observer tout au long de la journée les sensations du corps, quand je suis fatigué, quand je suis heureux, quand je suis plus neutre, quand je suis en colère, quand je suis débordé'


Méditation Yoga yuni
Méditation

BBC - Quelle est l'importance de la respiration lente ?


Castellanos - Nous venons de publier une étude scientifique sur le pouvoir de la respiration lente comme analgésique dans les cas de douleur chronique due à une discopathie (détérioration des disques entre les vertèbres).


Et pour les émotions, l'important est que le temps que nous prenons pour expirer, pour évacuer l'air, soit plus long que le temps que nous prenons pour inspirer. Regardez à quel point c'est important, combien de choses nous pouvons faire avec notre propre corps.


Notre corps est l'instrument qui produit le son de notre vie, mais c'est un instrument que nous ne savons pas jouer.


Nous devons d'abord apprendre à le connaître, puis à le jouer.


_______________________


Venez apprendre plus sur conscience corporelle, posture, aplomb et santé mentale dans nos ateliers, master classes et Formations professorales et continues.



Comentários


bottom of page